A l ‘occasion des parutions de début d’année et de deux nouveautés que je souhaite vous soumettre, voici l ‘opportunité de mettre en avant quelques récits de vies.

« Quitter Saigon » de Clément Baloup et « Les Chemins de Traverse » de Maximilien Le Roy et Soulman, tous deux aux éd. La Boite à Bulles.

Dans le premier, Clément Baloup nous propose des témoignages de « Viet Keu » , ces vietnamiens qui vivent désormais loin de chez eux suite à tous les évènements qui ont bouleversé ce pays. Ils abordent aussi bien l’occupation française   que japonaise et américaine ou encore la montée du communisme. C’est une reprise d’un travail publié la première fois en 2006 qu’il a complété et fera l’objet d’un deuxième tome à paraître. Outre des récits touchants ou bouleversants, voici une nouvelle fois l’opportunité de revenir sur l’histoire des habitants du Vietnam, sans pour autant ne montrer que la guerre. Mais plus précisément  les conséquences dans la vie des narrateurs. L’album offre un graphisme magnifique, teinté d’éclats de couleurs qui ponctuent les témoignages. J’en profite pour rappeler le film « Entre Ciel et Terre », qui était le dernier volet de la trilogie d’ Oliver Stone consacrée au Vietnam, qui abordait la vie des réfugiés aux Etats-Unis .

En ce qui concerne le second ouvrage, voici deux témoignages – l’un palestinien, l’autre israélien – qui montrent comment des personnes touchées de plein fouet par ce conflit, peuvent tout faire pour ne pas être aveuglées par la rancune. Osama Abu Ayash et sa femme ne compte plus les victimes au sein de leur famille. Ils font néanmoins parti tous deux du forum israêlo-palestinien « Le cercle des familles », réunissant les familles meurtries de part et d’autre. Le deuxième récit est celui de Matan Cohen qui milite pour que ses compatriotes ouvrent les yeux et refusent l’endoctrinement de l’état israélien, loin de tout type de débat et d’ouverture aux négociations.

Parmi tous les autres albums qui présentent de tels témoignages, laissez-moi vous amener à découvrir la maison d’édition Vertige Graphic qui a fait la part belle aux récits biographiques populaires, des quatre coins du monde avec notamment :

« L’Intruse », « L’Étincelle ». Ces titres ou séries (à découvrir à la librairie) relatent l’histoire d’un ou plusieurs individus témoins de l’Histoire. Au même titre que « Maus »,d’Art Spiegelman, « Gen d’Hiroshima » de Keiji Nakazawa a eu un retentissement mondial car il traite de son expérience familiale lors des évènements qui ont touchés le Japon, juste avant l’explosion de « Little Boy ». Jusqu’à la révélation au grand public, des années plus tard, de la réalité des évènemeLnts et des conséquences de la bombe. « L’étincelle » de Park Tae-Ok et Choi Ho-Cheol relate la vie d’un jeune coréen juste aprés la scission de son pays dès l’automne 59. Le point commun entre ces deux oeuvres est que l’on voit le parcours de jeunes gens qui se voient obligés d’assumer des lourdes responsabilités malgré leur très jeune âge dans des pays qui tentent de se reconstruire.

Pour « L’Intruse » de Ronnie et Oko, le regard extérieur d’une femme, militante pour le droit de ses soeurs , a décidée de se rendre en Israêl et en Palestine afin de se rendre compte par elle même de la situation. Et surtout voir à se rendre utile de quelque façon que ce soit. 3 tomes  pour 3 voyages sur place, le premier pour la découverte des deux pays, les conditions de vies de déplacement sur les territoires. Les deux suivants s’arrêtant l’un sur ses échanges avec les palestiniens , l’autre les israëliens.

Le dernier ouvrage de ma séléction n’est autre que l’adaptation du livre de Howard Zinn : « Une Histoire Populaire de l’Empire Américain » ; en collaboration avec Mike Konopacki et Paul Buhle. Ce livre fait état des évènements majeurs de cette nation depuis la fin des guerres indiennes à nos jours,  des grands mouvements syndicaux aux implications aux Philippines ou au Vietnam ; les grands mouvements de grêve dans les milieux ouvriers , le scandale de l’Irangate …

Bonne lecture !

Publicités