L’existence d’un sac plastique est tout à fait paradoxale. Il n’est utilisé en moyenne que 25 minutes, souvent le trajet entre les commerces et le domicile, et ne sera réutilisé que deux fois maximum. En revanche, pour la plupart, ils mettront près de 400 ans avant de disparaître !

Les sacs biodégradables posent encore question du fait de la libération de particules fines de plastiques. Il reste les sacs en papiers. Mais ces derniers ne répondent pas à toutes les problématiques. Certes, ils se dégradent beaucoup plus rapidement, mais concernant leur impact énergétique et leur réutilisation, ils n’ont rien à envier à leurs petits camarades.

C’est pourquoi à la Mystérieuse Librairie Nantaise nous avons fait le choix de ne plus avoir de sac !

Radical, non ?

En fait, ce n’est pas tout à fait vrai. Pour une somme modique ( encore plus modique pour les détenteurs d’une carte de fidélité), nous vous proposerons un sac en coton réutilisable. Solide, maniable, élégant, il constitue une réponse honnête à nos questionnements. Notre fibre écologique est respectée de même que celle du respect des gens. En effet, la société locale qui fournit ses sacs, s’inscrit dans une démarche de commerce équitable avec des producteurs bio d’Inde…

Bien sûr, cela ne répond pas à tout : l’encre n’est pas bio, etc. Ce n’est qu’ne petite avancée mais une avancée quand même. Car il faut dire que le libraire, au naturel, n’est pas un chantre de l’écologie. Des cartons, du papier, beaucoup de transport par camions, le blanchiment des pages, l’encre pour les couleurs, l’éclairage du magasin…

Donc sac en coton !

Bon ça, c’était pour c’était pour le côté  » Sauvons la planète ! ». Maintenant titillons l’amateur de BD. Outre les informations nous concernant, il y aura un visuel sur ces sacs d’un auteur de talent. Qui changera à chaque retirage de sacs ! N’est-ce pas un bel objet de curiosité que vous pourrez arborer fièrement dans les rues, affirmant vos goûts et vos passions  ?

Bon, pour l’instant, nous vous donnons quand même des sacs en papier car les sacs cotons ne sont pas encore arrivés chez nous….!

A suivre : chapitre VII, les événements

Publicités